L’été est là. Et les premiers pics de chaleur inaugurent en fanfare la traditionnelle période de préparation à la « silhouette parfaite ».

Maigrir à tous prix !

La saison est lancée, l’heure est aux stratégies pour éliminer ces rondeurs qui nous gênent.

Mais avant de réduire votre assiette à son plus simple condiment ou d’enfiler des shorts de sudation, si vous commenciez par le commencement ? C’est-à-dire ? Par dormir !

Lorsque les spécialistes évoquent l’hygiène de vie, nous avons tendance à nous concentrer sur nos rituels alimentaires.

Nos vies ultra-connectées placent le sommeil à un second rang. Une habitude dangereuse pour notre santé et contre-productive en termes d’amincissement.

Le lien entre sommeil et gestion du poids est tout simplement fondamental !

Si vous dormez entre 7 et 9 heures par nuit alors que vous cherchez à perdre du poids, vous êtes directement concerné(e) par cet article.

Décryptage…

Quel est le lien entre le sommeil et l’amincissement ?

Le manque de sommeil favorise la prise de poids.

L’équation est simple.

Vous souhaitez mincir, vous veillez à votre alimentation et pratiquez une activité sportive. Si vous ne dormez pas suffisamment, vous freinez voire gâchez le fruit de vos efforts.

Pour quelles raisons ?

Le leurre « grignotage » :

Lorsque le manque de sommeil s’accumule, une importante fatigue psychologique s’installe. Elle nous empêche de manquer de recul face aux aléas, provoque et accroît le manque de confiance pour finalement favoriser un stress de plus en plus grand.

Afin de lutter contre ce stress, nous déployons une incroyable énergie. Pour faire face à ce besoin imprévu, notre corps constitue des réserves.

Sur le plan biologique, un sommeil insuffisant est propice à un dérèglement hormonal. La synthèse de la Leptine (sensation de satiété) et de la Ghréline (sensation de faim) ne se déroule pas correctement.

Lorsque nous ressentons ces fringales, nous recevons en réalité un message erroné, celui d’un besoin qui, en fait, n’existe pas.

Le grignotage a ce je-ne-sais-quoi de sournois : il nous procure cette sensation terrible de réconfort. Pour quelle raison ? Parce que nous grignotons des aliments que nous adorons. Qui s’est déjà rué sur une portion de choux de Bruxelles à 2 heures du matin ? Personne.

La sensation de fatigue est désagréable. Nous avons donc besoin de la compenser par un plaisir d’assiette. Une sorte de régulation de notre humeur par la gourmandise.

Le plus vicieux dans l’histoire ? Le grignotage nous fait inéluctablement grossir, ce qui détériore l’image que nous nous renvoyons et augmente donc notre stress. La boucle n’en finit plus de se boucler. (Qui a dit cercle ?)

Fatigue et perception de soi-même :

La fatigue donne mauvaise mine.

Elle nous pousse à prêter plus d’attention au négatif qu’au positif. Cela impacte le regard que nous portons sur notre apparence.

Nos efforts pour mincir nous semblent alors peu visibles et insuffisants pour compenser nos traits tirés ou encore cette sensation d’empâtement.

Cette perception peut nous démotiver au moment où notre volonté est pleinement sollicitée (activité physique).

Dur dur quand on connaît l’importance du mental dans la réussite d’un défi.

La voie de la contre-performance :

Mincir passe par la combinaison de plusieurs efforts, de la recherche d’un équilibre alimentaire à la pratique d’une activité sportive régulière et progressive dans sa difficulté.

Plus le temps passe, plus votre endurance augmente et plus vous devez accentuer votre effort pour mincir.

Pour cette démarche, le sommeil joue un rôle clef car il offre au corps une récupération assez efficace pour « assurer » aux séances de sport suivantes.

Se dépenser physiquement sans avoir assez de repos est non seulement inutile mais dangereux… A cause du risque de blessure et du sentiment d’échec, les deux compagnons d’infortune qui  nous jettent tout droit dans le repos contraint et forcé… Vous voyez ce que je veux dire…

La contre-performance peut aussi provenir de la combinaison d’un sommeil insuffisant et de repas trop lourds. La digestion est alors difficile et vous ralentit dans votre séance. Vous pouvez également ressentir un inconfort voire des douleurs. Psychologiquement, votre attention risque de se concentrer précisément sur cette partie du corps que vous souhaitez modifier.

Une contre-performance sportive marque toujours plus l’esprit que les progrès réalisés. 

Comment mieux dormir pour mieux mincir ?

Nul ne saurait mieux répondre à cette question que Joëlle Adrien, présidente de l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance. Forte de son expertise, elle préconise 7 changements d’habitude pour un sommeil de meilleure qualité. Prêts pour effacer la « dette du sommeil » ?

  1. Prenez un dîner plus léger avec des aliments faciles à digérer comme le poisson et les légumes cuits ;
  2. Évitez de boire avant de vous coucher pour éviter les déplacements nocturnes liés aux envies pressantes ;
  3. Imposez-vous un « couvre-feu digital » et c’est sans doute LE défi du moment ! Pour un sommeil optimal, vous devez cesser de regarder les écrans 1h30 avant votre coucher ;
  4. Autorisez-vous une sieste quotidienne de 20 minutes maximum ;
  5. Tenez un rythme régulier : essayez de limiter les écarts de sommeil entre la semaine et le week-end ;
  6. Pratiquez une activité physique/sportive quotidienne de préférence le matin. Si vous vous dépensez le soir, faites-le au plus tard 3 heures avant votre coucher 
  7. Si vous avez recours à des somnifères, prenez-en au maximum 3 fois par semaine ;
  8. Et si les activités apaisantes ou les somnifères ne fonctionnent pas, n’hésitez pas à vous tourner vers une « thérapie cognitive et comportementale de l’insomnie ». Il s’agit d’un stage en groupe pour comprendre les mécanismes de votre « horloge biologique » et prendre de bonnes habitudes. Petit hic : cette thérapie peu pratiquée en France n’est, de plus, pas remboursée par la Sécurité Sociale. Elle donne, en revanche, des résultats incontestables sur la durée.

Existe-t-il des activités efficaces à la fois pour être plus serein et mieux mincir ?

Mais oui !

Pour favoriser votre détente et votre perte de poids, n’hésitez pas à pratiquer danse, yoga et Pilates. Ces disciplines sont parfaites pour la production de dopamine et sérotonine, les hormones du bonheur. Elles permettent également de gagner en endurance tout en favorisant une musculation ciblée et féminine.

Des activités plus toniques ne sont pas, pour autant, incompatibles avec la sérénité. Il suffit de les pratiquer dans un environnement calme : préférez la nature à la ville.

Et si vous êtes amateur du sport en musique, troquez une fois par semaine votre playlist habituelle pour une séquence de musique classique.

Résultats garantis !

En panne d’inspiration ? Voici quelques pépites modernes dont vous ne pourrez plus vous passer 

  1.  « New beginning » de Luke Faulkner ;
  2. « The mission / How great Thou art » par The Piano Guys ;
  3. « Wilderness » de Taylor Davis ;
  4. « The river flows in you » de Yiruma ;
  5. « Now we are free« , cover à la harpe par les jumelles Camille et Kennerly.

Qu’on se le tienne pour dit : surfer ou mincir, il va falloir choisir !

Quelles sont donc vos astuces pour ralentir sur Internet et dormir plus tôt ?

Leave a Reply

Your email address will not be published.